decharge.org

written : 3 october 2006

La décharge du Net

Ici on sait que l’on peut déposer sans sélection, sans motif tout ce qui nous encombre, tout ce que l’on abandonne aux autres, à l’oubli ou la destruction.

La décharge est écologique. Une écologie du net. Il faut détruire les surplus d’information, les résidus de notre surconsommation.

La décharge est un énorme stockage, mais ce qui n’est pas récupéré sédimente, s’autodétruit.

Certains travaillent au tri sélectif. Isolent des sons, musiques, textes, images, vidéos, en se disant que d’autres sauraient les utiliser.

D’énormes archives se créent dans lesquelles on (les récupérateurs ?) peut venir fouiller, chiner.

Si le Net est à l’image de l’espace physique qu’il transpose, la misère informationnelle existe. Nourrissons et protégeons les SIPF Sans IP Fixe dans le besoin.

Après le DOWNLOAD et l’UPLOAD : l’UNLOAD

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (6 votes, average: 4, 50 out of 5)
Loading ... Loading ...

2 commentaires sur “decharge.org”

  1. Paul dit :

    « La décharge est écologique. »

    En fait c’est la revalorisation des déchets, le recyclage qui est écologique.
    Entasser des déchets n’a rien d’écologique.

    Oui la récup’ des chineurs qui viendront sauver des pépites du désintérêt.

    Pour la matière qui ne sera pas repêchée, par analogie nos déchets matériels habituels, il n’existe que 2 solutions :
    - la dégradation naturelle
    - la dégradation technique

    Devons nous respecter l’immatérialité du numérique en le laissant comme tel, ou plutôt lui imposer ce que nous subissons de la nature, une dégradation temporelle systématique qui reste concevoir ?

    Nous pouvons également décider de dégrader artificiellement (comme nous sommes habitués le faire en tant qu’humains) ces matériaux numériques.

    Organisons non pas la décharge mais bien la déchetterie !
    Il faut agir devant tant de déchets numériques pour l’écologie de nos esprits.

    PS: j’évoque ici de manière légère l’expression « écologie de l’esprit » empruntée notamment Bernard Stiegler :
    « Une question d’écologie de l’esprit se pose et peut se poser parce que l’esprit est originairement extériorisé, ce qui le rend appropriable et exploitable industriellement, dès lors qu’il existe des technologies de l’information et des communications, qui permet de contrôler ces règles pratiques pour les réduire de simples usages procéduraux, comme il en va dans le secteur tertiaire. Dès lors, les technologies de l’information et des communications soulèvent un paradoxe qui rend concevable et même probable une crise écologique majeure de l’esprit. » B. Stiegler
    http://lists.sopinspace.net/pipermail/commai/2005-September/000008.html

  2. moben dit :

    Un début de réponse avec :
    http://www.webwaste.net
    créé par Ragnar Helgi Olafsson
    Prend automatiquement les pièces du recycle bin de votre ordinateur pour les stocker de façon anonyme.

    trouvé sur we-make-money-not-art.com :

    Ragnar Helgi Olafsson’s Webwaste project (Prix Moebius Nordica this year) is an on-line rubbish dump that collects the trash from your own computer bin. Webwaste is collective, anonymous and open to all net users. You can look through the images, text, videos or other waste that other people have thrown away, add your own waste and take anything you like home.

    And like any other waste site, it is infected by rats that feed off the trash. The algorithmic rodents eat bits of images and texts and dump them onto other waste materials.
    Related: Web’s first file extinguisher, by Vuk Cosic.

    with this comment :

    Nice to hear that someone won a price with a project like http://www.digitalrecycling.com/
    I started this project when I was still student in France (Art Dédo Strasbourg) in 2001 and graduated with it 2002, this project has been online since:
    More info on ;
    http://www.recyclism.com/digitalrecycling.php

    Here is the Project description:
    DigitalRecycling™

    Digitalrecycling aims to build a community of people who use discarded information as their medium. Users may log on to the digitalrecycling operating system and either upload or download their own or other peoples digital trash. The point is not to deny privacy, but to rethink property. Your trash could be someones treasure.

    So, before emptying your trash bin consider sharing.

    Cheers,

    bnjmn

    bnjmn at June 9, 2006 03:46 PM

Laisser une réponse

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.